S’expatrier grâce au PVT

Si vous n’avez pas lu mon article qui suis-je, sachez que je pars vivre au Canada à compter du 21 mai 2013, pour une année (normalement) grâce au Permis Vacances Travail (PVT) décroché en février 2013.

Le principe du PVT et les péripéties de la cuvée 2013-2014

PVTistes

Si vous ne connaissez pas le principe du PVT, on va dire que c’est une sorte de visa qui vous donne l’autorisation de vivre une année à l’étranger (sous conditions). Il faut que vous ayez moins de 35 ans si vous visez le Canada et moins de 30 ans si vous visez un des autres pays possibles (à savoir l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Argentine, le Chili, la Corée du Sud, le Japon, Singapour ou Taïwan : vous avez l’embarras du choix :-)). La procédure n’est pas complexe, il n’y a pas beaucoup de formalités à remplir. Si vous êtes autant que moi allergiques à la paperasse, vous ne serez donc pas trop perturbés. Par exemple, pour pouvoir aller au Canada, j’ai du envoyer à l’ambassade : le dossier de candidature, un CV, une lettre de motivation, une lettre de la banque justifiant 2 100 euros sur mon compte (obligatoire), une photocopie de passeport et voilà c’est à peu près tout (j’oublie peut-être quelque chose). Après, voilà comment ça marche : premier arrivé, premier servi. En gros, pas de tri sur le CV. Le but du « jeu » est d’envoyer son dossier complet en temps et en heure jusqu’à ce que les quotas soient atteints. Pour certains pays, ça ne se bouscule pas donc vous n’aurez pas trop de soucis. Par contre, le Canada est très prisé par les jeunes (l’Australie également). Les quotas pour 2013 étaient fixés à 6 750 permis. L’ouverture des candidatures a eu lieu le 7 novembre 2012 après-midi (nous ne sommes pas prévenus de la date à l’avance, il faut surveiller chaque jour). Et bien dites vous que le 9 novembre les quotas étaient déjà atteints. 30 000 dossiers (dont le mien) avaient été envoyés en 48h (pour 6 750 places). Alors je peux vous dire que la cellule de soutien psychologique du site ressource pvtistes.net (indispensable) a explosé ! Nous étions tous fous, en boule dans notre salle de bain à faire le balancier ! Après deux mois d’attente (interminable) j’ai su le 31 décembre 2012 à 18h que j’étais acceptée. Bonne année !!! Champagne et cotillons, vous imaginez mon euphorie 🙂 J’ai eu le papier officiel d’accord début février. J’ai donc quitté mon poste en mars (je travaillais depuis quatre ans dans une petite coopérative de conseil) en projetant de partir fin mai à Montréal (pour commencer).

Et aujourd’hui me voilà 🙂 Le mois de mai est arrivé à vive allure. J’ai été très occupée, non pas par les préparatifs (volontairement je ne souhaite pas trop cadrer mon arrivée) mais plutôt par l’animation de mes deux communautés de voyageurs (YourPhotoTravel et Partir loin) et la création de ce blog. Oui, on ne dirait pas, mais c’est du travail 🙂 !

En tout cas je vous recommande vivement de profiter de ce permis mobilité, il en existe d’autres bien sur, mais celui là est vraiment très bien. C’est parfait pour quelqu’un qui souhaite voyager après ses études, faire une expérience à l’étranger ou changer de vie après une première expérience… Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le site http://pvtistes.net.

Mes (quelques) préparatifs d’avant départ

Faites vos bagages et décollez, avec pvtistes.net !

Faites vos bagages et décollez, avec pvtistes.net !

J’avoue, je ne suis pas très préparée. Je ne vais pas jouer les modèles ou les bons conseils. Je ne le souhaite pas non plus. Il est vrai, je pourrais chercher une colocation sur montreal.kijiji.ca, préparer mon CV canadien (différent du français), commencer le réseautage professionnel, me renseigner sur les différentes formalités à faire à l’arrivée… Mais non. Au lieu de faire tout ça, moi j’ai décidé de partir en vadrouille. Et oui, je souhaite profiter d’un dernier petit séjour en France, entre Lyon, Grenoble et Montpellier 🙂 Cela dit, derrière le côté « désorganisé », je pense être prête psychologiquement parlant. Cela fait maintenant deux ans que je rêve du Canada. J’ai muri mon projet. Alors, certes, je n’ai pas encore acheté mes baskets et mon sac à dos et je n’ai aucune idée de où je vivrais dans un mois, mais bon… Même pas peur ! De toute façon, je sais qu’une fois qu’on met la tête et son énergie dedans ça va vite 🙂 et il y a toujours le forum pour aider en cas de panique ou de doute (en plus de mon groupe facebook de pvtistes « les ch’tis au Canada » hihi) !

Ce que j’ai prévu lors de mes premiers pas au Canada

Je ne suis pas totalement sans parachute. J’arrive à Montréal le 21 mai, et j’ai la chance d’être hébergée temporairement par un ami de ma belle sœur (Arturo et sa femme) qui habitent sur le plateau. Je prévois de rester jusqu’au 27 mai à Montréal, afin de gérer justement toutes la paperasse et prendre un peu le pouls de la ville. D’autant que Montréal est une ville très dynamique et qu’il y a beaucoup (trop) de choses à faire. La vie culturelle et artistique sont au top, je vais être comme un poisson dans l’eau (plop plop).

A première vue, je compte profiter durant ces quelques jours :

La suite ? Le 28 mai, direction Winnipeg en bus Greyhound ! (j’ai réservé les billets sur Internet plus de 21 jours avant afin de les avoir à moitié prix). C’est parti pour un jour et demi de trajet, avec l’objectif de rejoindre Ann et Nicolas du blog « Anola le Mag » dans le Manitoba. Ils terminent leur PVT (qui était très intéressant, visitez leur blog ;)) et m’ont proposé de me revendre leur voiture ! Une Pontiac break, aménagée pour le road trip ! Magnifique non ? J’ai sauté sur l’occasion, en me disant que je pourrai parcourir un peu le Canada avant de m’installer en mode sédentaire (quelque part) 🙂

ponpon1nom

ponpondodo

On peut dormir dedans tranquillement et replier le tout, ce qui libère un siège passager. J’aurai donc la possibilité d’emmener une ou deux personnes… Qui m’aime me suive…

En plus de cela, je vais pouvoir, toujours grâce à Anola, récupérer leur tente et un peu de matos. Ils vont également me briefer sur les spots à voir et les adresses pour faire du volontariat ou du wwoofing (travail en ferme). Elle est pas belle la vie ? 🙂 Pour plus d’infos sur le road trip et le camping sauvage au Canada, lisez leur article et retrouvez leurs aventures sur la transcanadienne.

ponpon3

Voilà, pour la suite en juin, rien n’est encore fixé… Je ne sais pas si je retournerais tout de suite à Montréal, si je partirais directement sur la route en tourisme (Gaspésie notamment), ou si je tenterais une première expérience en volontariat ou wwoofing. On verra selon l’humeur et la faisabilité ! Ce qui me parait bien, ce serait de profiter de la période printemps/été pour une découverte sur la route et des expériences de type wwoofing. Ensuite, au moment de l’été indien (septembre/octobre), il faudra vraiment que je me trouve un vrai travail (dans le secteur associatif de préférence) si je ne veux pas finir ruinée en mode Into the wild avec ponpon sous la neige (Aïe, ma mère va attraper des cheveux blancs) ! Voilà, vous savez tout. Affaire à suivre…

Si vous avez des conseils, n’hésitez pas ! Je suis preneuse de tout bon plan et flexible dans le calendrier comme vous pouvez le voir. Je forme mon itinéraire grâce aux rencontres et aux discussions, alors j’attends avec plaisir vos coups de cœur canadien si vous en avez, afin de mettre une petite croix sur ma mappemonde et sur ma ToDoList (de préférence loin du tourisme de masse, je cherche des secondes voies n’oubliez pas ;-))

A très vite pour la suite des aventures de Titi et Ponpon au Canada 😉

8 réflexions au sujet de « S’expatrier grâce au PVT »

  1. Bravo,belle aventure à venir On te suivra évidemm !!! Je te souhaite une bonne route ,n’oublies pas le frein à main et de bien fermer tes portières la nuit. Bon voyage

    PS: Même la journée d’ailleurs ,fermer ses portières n’engage à rien !!!

    • Merci Francis ! Je vais faire attention promis, je dormirai juste la porte ouverte pour dire bonjour à l’ours quand il passera, c’est bien ça qu’il faut faire ?! hihi 🙂

  2. hello ma filleule de coeur !!!
    quelle aventure…
    je suis comme ta maman,
    je vais me faire des cheveux blancs…
    ça doit être une question de génération !
    je pense bien à toi et je vais te suivre avec plaisir,
    big bizoux
    p.s: attention aux gros ours,
    au sens figuré et au sens propre…

    • Oh ma marraine de coeur 🙂 Je suis trop contente de te lire ici ! Ne t’inquiètes pas je suis (presque) raisonnable et je vais essayer d’éviter les ours ! Je pense à toi aussi ça va être dur de ne pas te voir si longtemps. Prends bien soin de toi et gros bisous au sirop d’érable 😉

    • Je croise les doigts que ça fonctionne pour toi ! L’attente est vraiment longue cette année j’espère que ça ne sera pas impossible d’obtenir ces précieuses places ! Ca va se bousculer en ligne !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *