Pourquoi ce blog

Les galères du début : créer un blog autour du voyage… oui, non… ? Délire égocentrique ou réel partage ?

La création de ceclaire blog c’est toute une histoire. Je ne vais pas m’étaler (attention : engagement rarement respecté) mais j’ai vraiment passé deux mois à retourner mes idées dans tous les sens. Bon je pars… Alors… Blog, pas blog ? Écrire, ne pas écrire ? Pourquoi, pour qui ? Nous sommes nombreux – je pense – à nous poser un jour cette question bien complexe (à minima au moment d’un départ : comment raconter ses aventures à sa famille, ses amis…). Moi, je me suis posée la question, et puis je me suis vite perdue. Alors du coup pour me rassurer j’ai décidé de saouler à peu près tout mon entourage en moins d’un mois de temps.

Il faut dire que je ne connaissais pas de blogueur dans la vraie vie et que je tombe rarement sur des articles relatant les galères de création de blog ou sur les questions existentielles autour de cela. Pourtant je ne pense pas être la seule à me triturer sur l’intérêt relatif ou réel de l’étalage public… Les gens que j’aime suivre sur la toile, on dirait qu’ils sont nés avec leur blog, allez hop pouf et c’est bon ! Et bien en fait non, c’est galère (quand on souhaite sortir du cadre « tout fait ») et ça peut être décourageant de se lancer là-dedans ! Sans parler de la technique bien sur… Découvrir le joyeux monde du codage et de wordpress c’est pas ma passion de l’année je vous le dis…

Je savais que je voulais écrire. Je ne savais pas bien pourquoi. J’ai toujours aimé cela, mais avant, ce n’était pas public. Est-ce une erreur que cela le devienne ? Je ne sais pas. Je ne pense pas. Les dangers d’un repli virtuel (vivre pour son blog) ou d’un délire égocentrique à deux balles, me semblent bien réels (c’est mon blog à moi le meilleur du monde…. ouais ouais…hum).

Concernant ce que je voulais faire et dire, j’ai rapidement eu mon contenu en tête mais par contre je n’avais pas le contenant. Ça m’épuisait : trouver un titre (le pire de tout), un projet et un sens (est-ce vraiment utile ? Le « business model voyage », au secours…), travailler un semblant de graphisme… Pfff… ça prend du temps ! Beaucoup trop de temps ! On fini par vivre pour ça (ce que je ne voulais pas… l’arroseur arrosé ?). Moi qui voulais juste écrire « un peu » et parler voyage… Tu parles ! Je me suis fait prendre dans une belle spirale, je n’ai pas tout compris. Et je peux vous dire que je suis partie partout mais alors surtout nul part…

Ah la la,… mais que diable allais-je faire dans cette galère ? #enmodefourberies


Le déclic : oh et puis zut on y va ! Trop de réflexions tuent l’action !

kerouacUn jour on arrête de s’emballer, de se poser un tas de questions (sans réponse simple), de regarder les autres, de comparer, de se torturer. On prend son clavier et on y va. On se pose un peu et on réfléchi au sens de tout ça, ou du moins on réfléchi à ce qu’on souhaite transmettre à travers ses écrits. Si j’ai bien retenu un conseil (merci Vincent), c’est qu’il faut que l’écriture reste un plaisir. Si vous voulez ouvrir un blog ce n’est pas bête de retenir juste ça aussi…

Après tout, à chaque voyageur sa manière de voyager et de raconter.  Alors tant mieux / tant pis, on y va et surtout on assume. On la jouera comme ça. Au naturel, avec son style et avec son cœur.

Ce que je vais vous raconter ici :

Au cours de mes réflexions, plusieurs points sont vite devenus clairs dans ma tête. Je ne voulais pas me prendre la tête mais je voulais tout de même raconter des choses qui aient un peu de sens !

Une nuit de mars 2013, je me suis réveillée avec une image de parallèles, un flash d’une multitude de routes possibles et des choix qu’on doit faire.
Le déclic était enfin là : il y a une autoroute, ok, mais si on mettait un peu plus en lumière les petites routes, les courants alternatifs, les choses un peu atypiques, les choix en voyage, les choix de vie…
Ça me correspondait bien.

Ce blog servira donc à :

  • Vous parler du voyage, de mes voyages et de mon expatriation au Canada. Les joies, les galères, la route, les randonnées, les beaux lieux et les belles choses à faire,… le tout de préférence à l’écart du tourisme de masse (autant que faire se peut) ou alors raconté de manière un petit peu différente. Avec ça en tête : « l’herbe ne pousse jamais sur la route où tout le monde passe » (proverbe africain)
  • Vous raconter des histoires et des parcours de vie, mettre en lumière mes volontariats, des associations ou personnes qui me touchent et qui se battent pour que notre société fonctionne un peu moins de travers… Avec ça en tête : « les grands arbres viennent de petites pousses »
  • Enfin et surtout, en filigrane, laisser la part belle à l’imaginaire, au feeling, à l’humour, la légèreté, l’optimisme et le partage… Il faut bien se détendre tout de même ! Avec ça en tête : « Si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins les idées noires » (Pierre Dac)


Explications parallèles pour ceux qui n’ont rien compris !

route d'automneVous n’avez rien pisté de mon charabia ? Don’t worry, voici la session plus terre à terre (hop on fait un pas de côté) ! Retenez donc que j’écris beaucoup (mais en novice, je n’ai pas l’intention d’être le blog de l’année), pour moi-même mais surtout pour vous. J’espère que j’arriverais à travers ces pages à vous faire voyager à mes côtés, à vous donner envie de partir, à vous faire rêver ou à vous faire sourire. De temps à autre, j’éveillerais sans doute votre curiosité sur des destinations ou parcours de vie atypiques.
Si je n’arrive à rien de grandiose, alors j’écrirais tout simplement pour ma mémoire défaillante et tout de même pour vous embêter un peu…

sacha guitry

Ps : Vous remarquerez que pour ma part, j’embête avant, pendant et après. Oui, je  suis une vraie sangsue.

3 réflexions au sujet de « Pourquoi ce blog »

  1. tu penses vraiment que je vais lacher mon « 50 nuances de grey » … arriveras tu à me faire autant rêver que lui… je te vois bien en Morue Sadique soit dit en passant…

    • Mdr! Bien sur que je vais te faire autant rêver que lui, morue va! 😛 Bon après je l’ai pas lu le 50 nuances je sais pas si je vais réussir à rivaliser lol!!

  2. Tu dis: « Retenez donc que j’écris beaucoup (mais en novice, je n’ai pas l’intention d’être le blog de l’année), pour moi-même mais surtout pour vous. »
    Moi je dis: « C’est super! Tu me fais balader. Tu me fais voyager. Ton style d’écriture me fait rêver et songer à ce que je peux faire moi aussi au Canada, ou ailleurs. Merci pour tes mots et ta poésie. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *