L’aventure espagnole

Vous pouvez visionner mon carnet de voyage grâce au lecteur de YourPhotoTravel ci-dessous (ou sur leur site). Dans ce billet, je vous présente l’ensemble des chapitres. Cliquez sur les photos (ou le titre) de votre choix pour découvrir l’histoire qui se cache derrière.

Introduction.
Me voilà embarquée dans le pays de la paella, la fiesta, la sangria, la caña, la falla y la playa… Et oui, j’ai eu la chance de découvrir le sud de l’Espagne pendant deux semaines (octobre 2012 et mars 2013). J’ai pu apprendre à rrrrrouler mes rrrr et à accentuer mes « a » grâce au soutien de mon frère et de ma belle soeur mexicaine qui vivent actuellement à Valence. Avoir un pied à terre, en voilà une belle opportunité pour découvrir cette ville et ses « fallas ». Sans oublier la visite d’un petit bout de la magnifique Andalousie.
Bon voyage en Espagne… Coup de cœur pour l’Alhambra et la fête des fallas assuré 😉 !

Au programme de mon carnet de voyage :

Chapitre 1. La ville de Valence et sa Cité des Arts et des Sciences

Ce chapitre vous permettra de découvrir Valence : la cité des arts et des sciences, la lonja, le marché central, la cathédrale Santa Maria, le musée des beaux arts, la place de la vierge, le fleuve de Turiá, le pont del Regne, Gulliver, les jardines del real, l’oceanografic, la plage, le quartier est de la Turiá, et enfin le quartier Russafa et ses instants de vie.

Extrait : Valence est une ville d’environ 800 000 habitants située à l’est de l’Espagne, sur la côte méditerranéenne. Le climat est très agréable, tout comme la ville. Quand on descend de l’avion à l’aéroport de Valence, un métro rejoint directement le centre ville. C’est très pratique !
En tant que touriste, je dirai qu’il fait bon vivre à Valence, la ville est en effet pleine de vie et d’intérêts. Du moins pour quelques jours ou semaines. Pour les valenciens, la réalité est un peu plus complexe (tout comme pour les expatriés ou les erasmus). En effet, la crise frappe de plein fouet la région valencienne. Les locaux en parle sans cesse. Le peuple souffre. Le taux des chômage des jeunes est au plus haut. La vie devient très difficile, les prix et taxes augmentent en flèche sur certains produits / services et les banques deviennent très frileuses vis-à-vis des étrangers (mon frère en a payé les frais!). Enfin la culture n’est pas très accessible, le moindre musée est hors de prix. Et n’espérez pas trouver un tarif étudiant, ça n’existe pas.
Niveau réputation et tourisme, Valence est surtout renommée pour sa Cité des arts et des sciences (une architecture unique) et pour ses « fallas », une fête qui a lieu dans toute la ville du 15 au 19 mars.

Cité des Arts et des Sciences @Valence - (c) David Lamarcq-Zamorano

Cité des Arts et des Sciences @Valence – (c) David Lamarcq-Zamorano

Chapitre 2. Qui n’a pas vu Grenade n’a rien vu !

« Quien no ha visto Granada no ha visto nada » dit le proverbe espagnol. Alors bon, nous avions le devoir d’aller visiter cette ville, apparemment si belle et si riche de l’histoire arabo-andalouse.

Volontairement, je ne souhaite pas aborder Grenade par l’Alhambra. Car on ne voit qu’elle, on ne veut qu’elle, on n’entend qu’elle. Il faut dire que c’est le bien culturel le plus visité en Espagne, au même titre que la Sagrada Familia à Barcelone. Mais alors que retient-on de la ville ? Je n’ai pas envie de dire « oui j’ai été à Grenade, l’Alhambra est fabuleuse ».
Même si en effet c’est le cas, je vous propose de faire en premier lieu le tour de quelques pépites en ville… Car Grenade, son héritage musulman et son flamenco troublant le valent bien !

Quartier Albaicin @Grenade - (c) David Lamarcq-Zamorano

Quartier Albaicin @Grenade – (c) David Lamarcq-Zamorano

Chapitre 3 : Le joyau rouge de Grenade : L’Alhambra 

Dans ce chapitre je parle et tutoie une cité médiévale, ne vous inquiétez pas, j’ai pris mes cachets, n’hésitez pas à vous joindre à la conversation.

« Très Chère ALHAMBRA,

Tu es là, telle une cité palatiale merveilleuse construite à Grenade sur une colline rocheuse.
Tu témoignes de la présence musulmane en Espagne et tu as été construite pendant la dynastie nasride (13e > 15e siècle)
Tu signifies en Arabe الْحَمْرَاء, Al-Ḥamrā’ , « la rouge », en raison de la magnifique couleur rougeoyante que prennent tes murailles au coucher du soleil.
Tu te laisses admirer en ton cœur mais également de l’extérieur, depuis le quartier populaire qui te fait face : l’Albaicin.
Tu étais hier l’une des plus grandes résidences fortifiées du moyen-âge, tu es aujourd’hui un ensemble touristique et culturel majeur de l’Andalousie.
Tu es un prestige et un chef d’oeuvre artistique islamique à toi seule (oui je n’ai pas peur des superlatifs !).
Tu abrites, derrière tes murailles, la Médina (ta partie habitée), l’Alcazaba, les palais nazrides, les jardins du Partal, les jardins du Generalife et en « bonus » / « incruste » le palais de Charles Quint (l’ajout du vainqueur castillan).
Tu attires des milliers de touristes par jour, il faut alors se lever aux aurores (6h), prendre un taxi, attendre jusqu’à 8h l’ouverture des guichets (si comme moi, tu n’as pas prévu ton ticket à l’avance…), patienter en lisant un guide sur l’Andalousie avec l’arrivée timide des premiers rayons du soleil, entendre les grilles du guichet se lever, lever la tête, piétiner, payer seulement 13 euros l’entrée pour pouvoir t’admirer (ça coûte bientôt aussi cher d’aller au cinéma…), puis accéder à ton entrée qui se trouve… ah oui, complétement de l’autre côté tiens ! Oh bah c’est pas comme si tu étais vaste hein… Tu as un sens bien personnel du côté « pratique » !
Mais bon, tu nous laisse bouche bée dès ton entrée et tu nous accepte 4 à 5h dans ton antre.
Alors tu es toute pardonnée.
Merci d’être là, mi Alhambra. »

Les Palais Nasrides @Alhambra - (c) David Lamarcq-Zamorano

Les Palais Nasrides @Alhambra – (c) David Lamarcq-Zamorano

Chapitre 4. Les Alpujarras ~ Passage éclair en Sierra Nevada

Pour notre dernière journée en Andalousie, nous avons souhaité quitter la ville de Grenade pour nous rendre dans la Sierra Nevada, plus précisément dans la région des Alpujarras, à 1h30 en voiture de Grenade, vers le sud. Malheureusement, le temps n’était, une fois de plus, pas en notre faveur. Nous avons été plongé dans une atmosphère nuageuse la plupart de la journée (loose!).

Pour autant, beau temps ou mauvais temps, je pense qu’il est important que je vous raconte un peu cette virée express car au final, s’il y a un endroit que je souhaite revoir en Andalousie et que je conseille à tous, c’est bien cette région montagneuse des Alpujarras (en dehors de Séville et Cordoue que je souhaite découvrir un jour ;))

« Partir, prendre la route, c’est vivre à fond. C’est se fondre dans le paysage. C’est traverser les apparences et s’habituer aux différences » (Jacques Lanzmann)

Village de Lanjarón @Alpujarras - (c) Laëtitia Lamarcq

Village de Lanjarón @Alpujarras – (c) Laëtitia Lamarcq

Chapitre 5. Les Fallas 2013 de Valence ~ Inauguration de la fête et tour de la ville

Chaque année, du 15 au 19 mars, les fallas viennent animer les rues de Valence. Si vous ne connaissez pas, c’est la plus grande fête de rue d’Europe et la plus grande fête populaire d’Espagne (rien que ça!). D’ailleurs, si je devais résumer les fallas en quelques mots sur un bloc-note, j’écrirais : « art de rue, sculptures géantes, falleros, costumes, pétards, vacarme, explosions, feu, pompiers, musique douteuse, churros et paella ».
Cela dit, sans chercher à faire une thèse dans ce chapitre, je vais tout de même vous donner quelques explications et points de repères sur les festivités.

Falla touristique place de la mairie @Valence - (c) Laëtitia Lamarcq

Falla touristique place de la mairie @Valence – (c) Laëtitia Lamarcq

Chapitre 6. Les Fallas 2013 de Valence ~ la vie, les pétards et la ville en feu !

« La pyrotechnique est aux fallas, ce que les poissons sont à la mer »

Voilà comment la municipalité résume le thème central des fallas, en dehors de l’attrait pour les sculptures bien évidemment. Car comment aborder les fallas sans aborder la vie et le bruit qui règne dans la ville, de jour comme de nuit ?
Et oui, pas de fallas sans pétards, sans explosions dans tous les sens, sans feux d’artifice.
Vous allez là-bas, vous avez pris votre dose pour 10 ans ! Ça ne s’arrête tout simplement jamais (oui, ça peut devenir agaçant à 4h du matin). Et quand je dis pétards, ce n’est pas le petit bouiboui qu’on lance à nouvel an hein, c’est du bon gros pétard !
Il faut faire attention où on marche !
Et surtout : oreilles sensibles s’abstenir !

Concernant l’ambiance, elle est très bonne, de jour comme de nuit une fois de plus. Pas de sentiment d’insécurité, pas de « fait attention à ton sac », on peut errer en toute tranquillité. Les journées et soirées ont été très agréables, même s’il est vrai qu’il y a beaucoup de monde, on ne se sent pas embêté. Les pétards sont en fait notre seul danger !

Le dernier soir, la nuit du 19 mars, a lieu « la crema » : c’est à ce moment là que toutes les fallas sont brûlées et que le dernier feu de joie retentit. C’est un moment unique, on a vraiment l’impression de voir toute la ville en feu.
Des centaines et des centaines de pompiers sont alors mobilisés à chaque coin de rue (oui ce n’est pas férié pour eux non plus !). C’est du boulot d’éteindre tout ça, surtout que les fallas sont très inflammables et surtout très polluantes (développement durable zéro !). Mais bon, en tout cas, développement durable ou pas, je pense qu’il ne faut surtout pas rater la dernière nuit !

Attention ça va péter dans ce chapitre ! Les fallas @Valence - (c) Laëtitia Lamarcq

Attention ça va péter dans ce chapitre @Valence – (c) Laëtitia Lamarcq

Chapitre 7. Le parc naturel de la Sierra Calderona ~ GR-10 et mirador del Garbi

Pour profiter de notre dernier jour avant le triste retour dans le froid du Nord, nous avons décidé de louer une voiture à l’aéroport de Valence afin de nous rendre dans la Sierra Calderona.

Pourquoi la Sierra Calderona ? Comme ça en fait, personne ne connaissait vraiment et on ne voyait rien non plus dans les guides sur l’Espagne !
Qu’à cela ne tienne ! Faut savoir oublier ses guides !

Extrait : La Sierra Calderona est un espace naturel déclaré ZEPA (zone de protection spéciale pour les oiseaux). Il est situé à une trentaine de minutes en voiture au Nord de Valence, et commence juste à l’ouest de Sagunto. Le parc sépare les vallées du Palancia et du Turia.
Nous avons roulé jusque le village de Serra puis avons décidé de nous rapprocher d’un site : le mirador de Garbi. On peut décider de partir à pied en randonnée à partir de Serra ou de Segart.

Titi @Mirador del Garbi - Parc de la Serra Calderona - (c) Julie Zamorano

Titi @Mirador del Garbi – Parc de la Serra Calderona – (c) Julie Zamorano

Une réflexion au sujet de « L’aventure espagnole »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *